Hajdu
22137
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-22137,stockholm-core-1.1,select-child-theme-ver-1.1,select-theme-ver-5.1.8,ajax_fade,page_not_loaded,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive
Title Image

Hajdu

Propositions de couvertures pour la monographie Hajdu de Juliette Laffon, publié aux Éditions Jannink et coordination éditoriale.

 

Étienne Hajdu, sculpteur français né en 1907 en Roumanie et décédé à Paris en 1996, travaille la pierre, le marbre, le cuivre, le plomb, l’aluminium et le bronze dans un style dépouillé tout en ellipse. Il a également une œuvre sur papier conséquente : « Je dessine pour avoir la liberté d’imaginer ». Inspiré par la figure humaine et la nature, cet héritier de Brancusi et de Arp considère le volume comme le réceptacle de l’émotion. La célèbre galeriste Jeanne Bucher lui écrivait : « Ce que vous écrivez de la nature, où le moindre insecte doit avoir le traitement d’un Dieu, est l’expression la plus pure de ce que signifie l’Art ». Grand Prix national de sculpture en 1969, sa renommée atteint son apogée dans les années 1960, où il entretient une amitié avec le Président Georges Pompidou, collectionneur d’avant-garde.

Juliette Laffon, ancienne directrice du musée Bourdelle, chez qui Hajdu avait commencé sa formation à son arrivée à Paris en 1927, établit une monographie de ce sculpteur dont la notoriété a dépassé les frontières françaises : « L’œuvre rare et singulière de Hajdu, sensible, d’une sensualité discrète mais non dénuée de violence dans ses bas et hauts-reliefs en métal, doit être reconsidérée à l’aune de notre regard d’aujourd’hui »..

Date

1 avril 2016

Catégorie

édition